Rechercher

Comment parler aux enfants des attentats terroristes ?


Les récents évènements de l'actualité vous ont bouleversés. Vous cherchez parfois vos mots pour exprimer à quel point ces attentats vous effraient. Vous tentez de gérer au mieux vos émotions face à ces violences et vous ne savez pas comment en parler à vos enfants.

Que peuvent-ils comprendre? Comment vont-ils réagir? Faut-il les préserver? Faut-il tout leur dire?

Si vous êtes submergés par les informations à la télévision, à la radio, les enfants le sont tout autant. Ils en entendent parler partout, à l'école, dans le bus, etc...

Quelque soit leur âge, ils sont atteints.

S'ils comprennent en fonction de leur âge, tous ressentent l'émotion lourde et triste de leur entourage. Ne pas en parler avec eux serait angoissant.

Avant tout, il est important de laisser l'enfant en parler avec ses propres mots. Vous pouvez lui poser des questions. Qu'a t-il entendu? qu'a t-il compris? qu'en pense t-il?

De là, vous pourrez adapter votre discussion à ce qu'il sait, vous mettre à son niveau de compréhension. Il est inutile d'en dire trop et de se perdre dans des détails qu'il n'évoque pas. L'important est qu'il puisse évacuer son ressenti par rapport à ce qu'il a entendu et que vous l'aidiez à mettre un tant soit peu de sens sur les évènements. Les enfants perçoivent les évènements très différemment des adultes. Il faut les éclairer tout en respectant leur regard d'enfant.

Répondez à ses questions avec des mots simples, et s'il utilise lui même des mots qu'il ne comprend pas, expliquez les lui le plus simplement possible.

Les enfants ont souvent une perception erronée de l'espace et du temps. Situez les évènements au niveau géographique et temporel, par rapport à lui, à sa maison. "Cela s'est passé dans tel pays, telle ville, à tel endroit, tel jour." Ou pour les plus petits "loin de ta maison, c'est terminé".

Les images diffusées à la télévision ou sur internet sont très violentes. Evitez qu'il y ait accès, et si cela arrive, aidez le à exprimer ce qu'il a ressenti en les regardant. C'est l'occasion de discuter avec les ados de l'impact des images; leur rappeler qu'il sont libres de ne pas cliquer pour regarder les vidéos et qu'il peuvent se protéger du "trop d'informations".

S'il ne parvient pas à en parler, le dessin et le jeux sont de très bons moyens pour l'aider à s'exprimer. Si vous sentez qu'il se détourne de la discussion , n'insistez pas, c'est sa façon de se protéger. Montrer lui simplement que vous êtes disponible pour en parler s'il le souhaite et restez attentif à son comportement.

Il est important de rassurer l'enfant sur le fait que des mesures sont prises pour le protéger comme le déploiement des forces de l'ordre. Que tout est mis en oeuvre pour punir les responsables et le protéger.

Selon son âge, vous pouvez en profiter pour discuter des valeurs qui sont les vôtres, sur la liberté, le droit, la tolérance et l'inviter à donner son point de vue.

Lui dire que cette violence est rare et que de nombreuses personnes se rassemblent pour dire qu'ils condamnent ces actes cruels, lui permet de se sentir moins vulnérable.

Enfin, si vous trouvez que votre enfant change de comportement dans les jours qui suivent, soyez attentifs à son appétit, son sommeil, son état d'excitation... et s'il se montre très perturbé, n'hésitez pas à vous diriger vers des professionnels.

L'objectif de ces discussions est de les libérer de leurs émotions en s'adaptant à leurs capacités de compréhension.


0 vue