Rechercher

Pour grandir, faites les dormir.


Somnolence, hyper excitation, difficulté de concentration...ces signes de manque de sommeil alertent aujourd'hui les professionnels qui constatent un déficit de sommeil chez de nombreux enfants.

Les rythmes de vie actuels ne sont en effet pas toujours conciliables avec les besoins de sommeil de l'enfant.

Pourtant, dormir impacte grandement le développement cérébral de l'enfant.

Comment agit-il sur son développement ?

Quels sont les besoins de sommeil d'un enfant ?

Le sommeil chez l'enfant occupe une place centrale dans son développement. Il permet au corps de récupérer et de se régénérer.

- Les muscles se reposent, la pression artérielle et la fréquence cardiaque diminuent. Les tissus du foie et des muscles se régénèrent.

- La mémoire se consolide. Les nouvelles connaissances sont stockées et organisées. L'enfant enregistre ses nouvelles acquisitions.

- Le sommeil favorise la croissance. En effet, l'hormone de croissance est essentiellement secrétée pendant les phases de sommeil profond.

- Enfin, il joue un rôle décisif dans la maturation du cerveau. L'augmentation de la densité des connexions synaptiques est proportionnelle à la quantité de sommeil profond !

Dormir aide à grandir !

Voici des repères qui vous permettront de mieux comprendre le fonctionnement du sommeil, de mieux le respecter, et ainsi d'optimiser sa qualité.

Une nuit ne se déroule pas de façon homogène du début à la fin.

Elle s'organise en cycles alternant deux phases :

- une phase de sommeil lent : pendant laquelle l'activité cérébrale diminue.

- une phase de sommeil dite "paradoxale" : pendant laquelle le cerveau est aussi actif que pendant la journée.

Une nuit correspond à la succession de plusieurs cycles, plus ou moins nombreux et plus ou moins longs selon les âges.

Le rythme du sommeil est biologique, et l'environnement peut le faciliter ou le gêner.

Pour favoriser l'endormissement, il est nécessaire de coucher l'enfant au bon moment. On parle de " train de sommeil ". S'il manque le " train de sommeil ", il faudra attendre le suivant. Repérer les signes de fatigue, permet d'identifier le début du "train de sommeil".

La régularité du moment du coucher permet de respecter le rythme de sommeil et d'optimiser sa qualité.

Entre chaque cycle et selon les âges, il y a des " micros réveils ". Un nourrisson peut en avoir jusqu'à 6 par nuit. Il s'agite et émet des petits bruits. Il est important de ne pas intervenir à ce moment là, car il se rendort normalement tout seul. S'il pleure de façon prolongée, il ne s'agit pas d'un entre-deux cycles. Ces micros réveils sont de moins en moins fréquents en grandissant.

L'organisation du sommeil de l'enfant évolue en fonction de son âge et se répercute sur son besoin de dormir.

Voici un récapitulatif des "besoins moyens" de sommeil par jour en fonction des âges de l'enfant, selon la National Sleep Foundation (NSF) :

- Avant 3 mois : 14 à 17 h

- De 4 mois à 11 mois : 12 à 15 h

- De 1 à 2 ans : 11 à 14 h

- De 3 à 5 ans : 10 à 13 h

- De 6 à 13 ans : 9 à 11 h

- De 14 à 17 ans : 8 à 10 h

- De 18 à 25 ans : 7 à 9 h

Le manque de sommeil se répercute sur le comportement de l'enfant, ses apprentissages et son développement cérébral.

Il est important de repérer ses signes.

Mon enfant a t-il du mal à se réveiller le matin ? Est-il fatigué, somnolent ?

A t'il du mal à se concentrer ? est-il agité ? irritable ?

Un enfant excessivement excité peut laisser croire qu'il déborde d'énergie, alors qu'il est ivre de fatigue.

Evolution des cycles selon les âges :

Etre attentif au rythme du sommeil de l'enfant permet de respecter ses besoins physiologiques et d'optimiser son bien être psychologique.

Observez ses besoins, ne négligez pas son sommeil !


0 vue