Qu'est-ce que le Baby blues ?

Dans les jours qui suivent une naissance, il arrive très souvent que la jeune maman ressente un mal être qu'elle ne comprend pas. Pleurs, humeur à fleur de peau, culpabilité de ne pas être heureuse...


Est-ce cela le baby blues ? Faut-il s'en inquiéter ? Que peut-on faire pour l'aider ?



Quel bouleversement que l'arrivée d'un enfant !

Après neuf mois d'attente, avec plus ou moins de questionnements, de doutes et de peurs, ça y est, ce petit (ou ces petits) être est là ! Et pourtant, ce moment tant attendu n'est souvent pas celui qu'on attendait.



La naissance d'un enfant est un grand bouleversement pour la mère sur le plan physique et sur le plan psychologique.


- C'est souvent vers le troisième jour que le baby blues se manifeste. Il correspond à une modification hormonale importante. Les taux de prolactine et d'ocytocine augmentent rapidement. L'impact de cette modification sur le moral n'est plus à démontrer.


- Le corps de la mère s'est vu modifié de façon brutale. Son ventre rond est maintenant vide et distendu, et il n'a pas retrouvé son état d'origine. Elle ressent parfois des douleurs causées par l'accouchement, et a des saignements importants. La mère peut se sentir mal à l'aise avec ce corps changé rapidement.


- Elle peut également ressentir une fatigue intense causée par l'effort physique de l'accouchement, une césarienne, les nuits interrompues par les tétées, et les tensions physiques éventuelles liées à la grossesse qui se relâchent.


- Sur le plan psychologique, la mère est aussi éprouvée.

La naissance marque la fin de la fusion prénatale avec son bébé dont elle seule prenait soin. Le cordon est coupé ! Elle n'est plus la seule à pouvoir "porter" son enfant.


L'attention de son entourage est maintenant centrée sur son enfant et elle prend conscience de sa responsabilité vis à vis de lui.


Devenue mère, la femme change de place dans les générations. Ses parents deviennent ainsi grands parents. Son statut est modifié.


La mère, en proie à tous ces bouleversements peut ressentir de la tristesse et avoir du mal à gérer ses émotions. Elle est sujette aux sauts d'humeur et peut pleurer très facilement. Elle se sent à fleur de peau et passe du rire aux larmes.


A cela s'ajoute la culpabilité de ressentir de la tristesse dans un moment qu'elle aimerait vivre avec bonheur.



Le baby blues est un état émotionnel transitoire lié à tous ces changements.


S'il est fréquent et normal (il touche 50 à 80% des femmes), il ne doit cependant pas être négligé.


S'il se prolonge au delà de deux semaines, il est important de consulter un professionnel afin d'écarter un diagnostic de dépression post-partum. Celle ci touche 10 à 20% des femmes et doit être rapidement prise en charge afin d'éviter des difficultés dans la relation mère / enfant.




Voici des conseils pour surmonter le baby blues.


- Parler, parler et parler!

Pleurer, parler, échanger, s'exprimer, permet de soulager les inquiétudes et d'apaiser le trop plein émotionnel de la maman.


- Se faire aider par son entourage, par le papa, sa propre mère, soeur et autres personnes proches. Echanger avec eux, leur confier son bébé le temps de se reposer ou faire autre chose.

Se sentir soutenue dans ce passage difficile aide à le surmonter plus facilement.


-Se rassurer.

Le baby blues est un état émotionnel normal et transitoire. Il ne prédit en aucun cas les capacités future de la mère.

Apaiser ses peurs s'il y a lieu, comme par exemples :

La peur de ne pas s'attacher à son enfant : ce lien se tisse peu à peu. Certaines femmes se sentent mère tout de suite, d'autres ont besoin de plus de temps.

La peur de ne pas être à la hauteur : il n'y a pas de mère parfaite. Etre mère, cela s'apprend, en faisant des erreurs, et avec le temps.


-Accepter ses émotions.

Ne pas essayer de cacher ou refouler ses émotions. Les exprimer permet de les soulager et permet de vivre ce passage de la grossesse à la vie aux côtés de son enfant.


-Se reposer.

La fatigue joue un rôle majeur dans le baby blues. Essayer de faire des petites siestes pendant que bébé dort ou le confier à un proche pour récupérer.


-Prendre soin de soi.

Très souvent le jeune mère donne tout à son enfant. Son bien être passe avant toute chose et elle s'oublie elle même. Se faire plaisir et prendre soin de soi permet d'être encore plus disponible pour son enfant.


-Se faire aider par les professionnels.

Demander de l'aide à la PMI, solliciter les professionnels, sage femme, psychologue, puericultrice, etc...Ne pas hésiter à leur poser des questions sur ce fameux baby blues.




Le baby blues disparaît souvent aussi rapidement qu'il est apparu. Si toutefois il se prolonge, inquiète la mère ou son entourage, il est important qu'elle soit aidée par un professionnel, pour pouvoir ensuite vivre pleinement ces moments de bonheur tant attendus avec son enfant et sa famille.








Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square